Historique

Le passé n’est-il pas garant de l’avenir?

C’est en 1988 que l’Association des diplômés et amis de l’Université du Québec à Chicoutimi est née. Pensée par des professeurs et employés de l’UQAC (messieurs André Leblond, Léon Couillard, Ronald Boivin, Robert Bergeron, Lucien Boivin, Gaston Boily, et autres), l’ADAUQAC se manifeste avec peu de ressources et sur une base bien volontaire.

Déjà, au cours de cette même année, une première activité s’imprime dans les journaux régionaux sous l’appellation « Avis de recherche ».

En décembre 1989, monsieur Gaston Boily est élu président de l’ADAUQAC. Il s’entoure alors de monsieur Hubert Laforge, recteur de l’UQAC, et de monsieur René Laberge, adjoint du recteur en relation avec les anciens et la fondation.

1989 et 1990 deviennent des années marquantes pour l’ADAUQAC puisque riches en événements. L’Association prend son envol et signe son premier protocole d’entente avec l’UQAC.

C’est d’ailleurs en 1990 qu’est lancé le premier bulletin de liaison nommé « les diplômés » et qui sera publié bi-annuellement.

Un projet d’envergure suscite beaucoup d’intérêt en 1993. En effet, l’activité « Reconnaissance » aura interpelé la population régionale par ses parutions hebdomadaires dans le Progrès-Dimanche, et ce, durant vingt semaines. L’objectif : faire connaître certains diplômés de marque et actifs dans la région. Et comme si cela n’était pas suffisant, c’est aussi en 1993 qu’est organisé le premier tournoi de golf, une tradition maintenant instaurée depuis quatorze ans et toujours aussi populaire.

Outre le tournoi de golf, la dégustation de vins de prestige récolte aussi ses lettres de noblesse. Ce sont d’ailleurs ces deux activités qui constituent la trame de fond de l’Association et qui représentent les principaux moyens de financement de cette dernière. C’est grâce à ces activités que l’accès aux études universitaires pour des étudiants de notre région est rendu possible.

Un premier directeur général de l’ADAUQAC est nommé en 1994 en la personne de monsieur Mario Gagné qui était à l’époque registraire de l’UQAC. Une telle permanence ne sera que positive pour l’Association.

C’est en 1995 que l’ADAUQAC emménage dans ses nouveaux locaux situés au 637, boulevard Talbot à Chicoutimi.

Un nouveau directeur général sera nommé en 1996. Monsieur Sylvain Gaudreault prendra alors la relève de monsieur Gagné. C’est en cours de mandat qu’il revampera le bulletin d’information.

Au fil des ans, le partenariat entre l’UQAC et l’ADAUQAC se traduit de plusieurs façons. En effet, en 2002 les bureaux de l’Association sont à nouveau déménagés dans le pavillon des humanités à l’Université. Ce rapprochement physique s’avère très positif, car il :

  • donne plus de visibilité et de rayonnement à l’Association à l’intérieur même de l’UQAC;
  • facilite les communications et la collaboration entre les deux entités;
  • démontre l’intérêt et l’appui de l’UQAC face à l’Association et tisse des liens solides.

L’Université a toujours reconnu l’importance de l’Association auprès des diplômés en mandatant des membres de son personnel pour offrir un support à l’ADAUQAC. C’est ainsi que plusieurs professionnels ont siégé au conseil d’administration et ont offert leur support en tant qu’administrateurs.

L’année 2003 est cruciale quant à la relation entre l’UQAC et les diplômés. L’embauche d’une agente de liaison spécifiquement rattachée aux relations avec les diplômés en témoigne. Aussi, on assiste à un resserrement des liens entre l’UQAC et l’ADAUQAC afin d’arrimer et d’optimiser les efforts vers des buts communs.