Archives pour la catégorie Salon de l’emploi

Bilan du Salon de l’Emploi 2016

Le 16 novembre 2016, l’Association des Diplômés de l’UQAC a tenu sa deuxième édition du Salon de l’Emploi à l’UQAC. Une journée riche en rencontres pour les visiteurs qui ont décidé de « prendre leur avenir en main ».

Comme ont pu le remarqué les centaines de visiteurs de passage au Salon ainsi que les 90 recruteurs sur place, cette édition fût marquée par plusieurs nouveautés telle l’augmentation du nombre de kiosques, davantage de conférences sur le marché du travail ainsi que par la présence du Moulin à Cie à notre nouveau kiosque « Place à l’innovation de nos diplômés ». Il en a eu pour tous les goûts !

Loin de nous reposer sur nos lauriers, nous souhaitons continuer d’améliorer l’événement pour l’édition 2017. Nous désirons connaître les attentes des finissants et celles de la population afin d’offrir des conférences adaptées aux besoins actuels et de nous assurer que la formule utilisée pour permettre aux visiteurs de rencontrer les recruteurs est la meilleure.

Pour finir, nous désirons remercier notre partenaire majeur, La Financière Sun Life centre financier de Chicoutimi pour leur apport précieux à cette journée. Un merci spécial à M. Keyven Ferland et M. François Gagné qui ont assuré la coprésidence d’honneur de l’événement avec brio et avec beaucoup de générosité.

Revue de presse du Salon de l’Emploi 2016

Radio-Canada – L’Heure de pointe

CEUC.ca – Bilan positif pour le Salon de l’Emploi 2016

Le Quotidien – Une 2e édition qui promet

Le Quotidien – De quoi plaire aux jeunes diplômés.

La Pige – Une belle opportunité pour les diplômés

Courrier du Saguenay – L’occasion de sonder le marché du travail

Courrier du Saguenay – Salon de l’emploi: une mine d’or pour les futurs travailleurs

 

Négociation salariale

Quoi de plus difficile que de négocier son salaire lors d’un entretien d’embauche… surtout quand il s’agit de son premier emploi? On a toujours peur d’être trop exigeant ou de se sous-estimer. On se demande si notre réponse correspond aux attentes de nos interlocuteurs. La clé pour éviter de bégayer devant son potentiel employeur : la préparation! Pour cela, il y a des critères de choix à prendre en considération.

Se connaître

Il est important de savoir ce que vous voulez faire dans la vie. Dans quel métier  souhaitez-vous évoluer? Quel type de poste vous attire?

Ajoutez à votre réflexion ce qui vous motive. Préférez-vous la gestion de personnel ou de projet? Quel aspect du métier vous passionne le plus? Est-ce que vous êtes un amoureux du travail? Est-ce que les vacances sont tout aussi importantes que le salaire, voire plus?

Ensuite, analysez vos contraintes personnelles, par exemple le salaire minimum en dessous duquel vous ne pouvez aller. Est-ce que votre situation familiale vous permet d’accepter? Est-ce que vous êtes prêt à déménager?

Les réponses à toutes ces premières réflexions sont des marqueurs de votre niveau de salaire.

Connaître le marché

Comme il est impossible de vous rendre à un entretien d’embauche sans connaître l’entreprise qui souhaite vous rencontrer, il est primordial de vous informer sur le marché dans lequel vous souhaitez évoluer ou le type d’entreprise qui vous attire.

Pour obtenir des réponses sur le niveau de salaire d’une industrie, vous pouvez regarder sur Internet, sur les sites Web officiels du gouvernement ou sur les blogues dédiés à l’emploi. Sinon, rien ne vous empêche de poser la question directement à une connaissance professionnelle. Allez à la pêche à l’information dans les activités de réseautages organisés, comme le 4 à 6 Salon de thé des affaires du mercredi 16 novembre à la salle Le Fjord du Saguenay de l’hôtel la Saguenéenne.

Ce qui détermine votre valeur

Énumérer ces compétences et ces connaissances permet de vous mettre en valeur. Encore plus important que vos diplômes, vos acquisitions personnelles sont des marqueurs de différence. Par exemple, vos voyages démontrent une liberté d’esprit, vos séjours à l’étranger supposent une facilité d’adaptation, votre multilinguisme est simplement un atout majeur.

À faire

Dès que vous avez une idée plus claire de votre prochain emploi, vous devez préparer votre négociation salariale. En fait, le salaire est important, mais vous devez considérer les avantages ou les désavantages liés à votre travail : plus ou moins de vacances, fréquence des augmentations, remboursement des dépenses, REER, etc.

À proscrire

Un dernier conseil à proscrire de votre négociation lors de votre rencontre : il est déconseillé d’annoncer à votre futur employeur que vous avez une offre ailleurs pour négocier une augmentation. Indiquez simplement que vous allez réfléchir à l’offre présentée : vous ne souhaitez pas que votre interlocuteur vous trouve vaniteux. Gardez en tête qu’un emploi doit être fait avec passion et non pour l’argent.

Pour mieux connaître le b.a.-ba pour commencer sa carrière, venez participer à la deuxième conférence, intitulée « Démarrer sa carrière » et animée par monsieur Beaudoin Bergeron de l’entreprise Réseau Carrières, sera offerte à 14 h à l’auditorium lors du Salon de l’emploi 2016.


 

Rédaction : Sarah Esteves, agente de liaison pour l’ADUQAC en 2016 et diplômée de l’UQAC